Prestations

Approches cliniques différenciées en fonction des situations

Carré 16

Psychothérapie analytique

A la différence de la cure psychanalytique «classique», la psychothérapie analytique ne se donne pas pour objectif de dénouer le conflit essentiel qui perturbe fondamentalement.

Beaucoup plus orientée sur un certain pragmatisme, cette technique permet au quotidien de recouvrir un équilibre relatif au plan pratique, que chacun accommode de ses propres particularités : identifier ce qui fait souffrance permet de prendre assez de distance pour relativiser et reprendre le cours de sa vie.

Durant sa psychothérapie, la personne dit, en séance, ce qui la préoccupe ou lui vient à l’esprit.

Le psychanalyste intervient, par endroit, de diverses manières, afin de mettre en exergue les points, les paradoxes et les nœuds révélateurs qui se dégagent du discours de l’analysant.

Se faisant, la personne traverse des prises de conscience libératoires.

Les entretiens se déroulent assis, en face à face avec le psychanalyste. En règle générale, une psychothérapie analytique implique le suivi d’une à deux consultations par semaine.

Psychothérapie de soutien

La psychothérapie brève de soutien (ou adaptative brève) souligne la construction de l’estime de soi, la réduction de l’anxiété et le renforcement des mécanismes de gestion de la réalité.

La psychothérapie de soutien est conversationnelle dans son style et dans l’utilisation habituelle de techniques telles que la clarification, la suggestion, l’éloge, l’éducation et l’examen de l’influence sur la vie présente de configurations dont l’origine se situe dans le passé. La psychothérapie de soutien utilise rarement des techniques telles que l’écoute silencieuse prolongée, la neutralité, la confrontation à la résistance, ou les interprétations de transfert ; là où c’est possible, l’angoisse induite par la thérapie est évitée.

La psychothérapie brève de soutien s’adresse à toute personne confrontée à une situation d’impasse subjective et qui cherche une solution.

Différents événements de la vie ou, dans de nombreuses circonstances, des symptômes, des angoisses, des situations de souffrance, nous amènent à ces impasses.

Se décider à consulter un professionnel est un premier pas pour tenter de s’en sortir. Bien que ce pas soit parfois difficile à faire, il peut être très salutaire. Il est en effet nécessaire afin de s’engager dans un processus de changement.

Psychothérapie de couple

Lors de la 1ère consultation, le psychanalyste reçoit les membres du couple, les accueille et les écoute le temps nécessaire, afin de leur permettre de s’exprimer, de s’écouter différemment et de commencer à s’entendre autrement. L’analyste pose un certain nombre de questions. Pour faire suite à cet échange, il rend compte de tout ce qui a été dit, autrement. Le couple peut alors quitter la consultation, ses dires ré – organisés, mis en écho, avec une parole, une proposition, une interprétation en tête. L’esprit de chacun des membres du couple est désormais travaillé sainement par des questions, la thérapie a commencé.

Par la suite, le psychanalyste expose les modalités d’une prise en charge thérapeutique pertinente au regard des difficultés encourues. Il conseillera soit le suivi de quelques séances, suffisantes à déjouer un problème circonscrit dans la vie du couple; soit un suivi à raison d’une séance tous les 15 jours (cela peut être, pour un temps, une séance par semaine, si le couple traverse une période particulièrement instable et douloureuse).

Les entretiens se déroulent assis, en face à face.
Au cours des séances, les deux membres du couple sont invités à parler de ce qui les préoccupe, de ce qui leur vient à l’esprit. L’analyste intervient ponctuellement, de diverses manières afin de mettre en exergue les points, les paradoxes et les nœuds révélateurs qui se dégagent du discours.

Se faisant, le couple traverse des prises de conscience libératoires.

Thérapie familiale/Systémique

La famille paraît comme un système vivant, organisé, adaptable – plus ou moins ouvert -où tous les membres sont en interrelation constante, mais aussi en relation avec l’extérieur.

La thérapie familiale présente une approche systémique (relative à un système dans son ensemble), un traitement psychothérapeutique qui étudie dans un premier temps la communication et les modes d’interaction que l’on « est » dans une famille.

En prenant conscience de ces modes de communication, il est possible de proposer d’améliorer les relations dans la famille en travaillant sur une approche non pas individuelle, mais du groupe tout entier.

Par exemple, si l’état d’un malade dans une famille s’améliore, cela a des répercutions sur l’état général de cette famille. L’homéostasie familiale est la régulation qui permet au système de préserver son équilibre, sa survie dans un environnement qui change.

Il est intéressant de prendre en compte la notion de circularité, de multicausalité. Il est possible ainsi d’observer plusieurs concepts en thérapie familiale systémique :

La communication paradoxale : dans la communication d’une famille, les relations se font parfois sous le mode d’injonctions contradictoires émotionnellement pénibles, qui se produisent lorsque deux contraintes (ou plus) incompatibles entre elles contiennent chacune l’interdiction de l’autre, ce qui rend la situation a priori insoluble : aucune réponse satisfaisante n’est possible, par exemple : « sois un grand mon petit ! »; ou les parents exigent chacun un lien exclusif de la part d’un enfant, ce qui le soumet à deux demandes oppressantes qui se contrarient.

Le patient désigné : une des personnes de la famille est identifiée comme « malade », fragile et devient porteur de la symptomatologie du groupe. C’est l’homéostasie du système au dépend du malade.

La transmission entre générations : Si un dysfonctionnement perdure sur trois générations, il peut apparaître une psychose chez un des membres de la famille.

La thérapie systémique ou interactionnelle est souvent utilisée en thérapie familiale. Cette approche considère que le problème d’une personne peut résulter de l’interaction avec l’entourage. Un problème commun à la famille ou à un groupe est défini et des solutions conciliant au mieux les attentes de chacun sont recherchées.

Sexothérapie

Les consultations peuvent s’adresser à des personnes seules ou à des couples désireux de comprendre ou d’améliorer leur sexualité.

Sexothérapie individuelle

La sexothérapie concerne toute personne en difficulté dans sa sexualité et qui exprime un désir de changement, d’évolution et de compréhension de sa sexualité en vue d’un mieux-être sexuel, mais aussi relationnel et affectif en fonction de ses besoins et limites.

Evoquer son intimité et sa sexualité lorsqu’on se sent en difficultés ou en questionnements  n’est parfois pas simple .C’est au travers de la parole que le patient et son thérapeute trouvent ensemble des solutions.

L‘épanouissement de la sexualité et l’équilibre psychologique sont souvent indissociablement liés (même si la cause physiologique n’est pas à négliger). Souvent les problèmes sexuels proviennent de conflits internes non résolus dans l’histoire du patient. Aussi la sexothérapie met l’accent sur les souffrances provoquées par les difficultés rencontrées dans sa sexualité en tentant d’en comprendre les origines et ses fonctionnements notamment  inconscients.

Sexothérapie analytique de couple

La sexothérapie d’orientation analytique s’adresse au couple désirant consulter en raison d’une disharmonie, d’une mésentente qui produisent disputes, incompréhensions, altération des relations sexuelles…

Elle apporte également son aide dans la relation au désir, au plaisir, à une sexualité épanouie, facteur d’équilibre physique et psychique de l’être humain. Lorsqu’il y a absence de désir ou de plaisir, apparition d’angoisse, rapports douloureux, difficultés d’érection ou d’éjaculation dont toute origine physiologique aura été écartée par le médecin, en parler dans un cadre neutre permet de comprendre et dénouer les points de blocage.

Dans cette situation, on a souvent tendance à se taire et à s’enfermer dans sa solitude, voire à se sentir coupable ou honteux. Le sexothérapeute ne donne pas de conseils, mais offre l’opportunité de parler sans tabou ni jugement de ce qui ne satisfait pas dans sa vie de couple ou dans sa sexualité.

Il n’y a pas de normalité à respecter, mais un épanouissement à vivre.

La parole permet de dédramatiser la situation, de prendre du recul et de trouver sa voie.

Thérapie psychodynamique

Groupes de parole (approche psychodynamique psychanalytique – thérapie psychodynamique brève de groupe – comportements interpersonnels – troubles somatoformes, problématiques anxieuses) favorisant l’empathie et l’expression émotionnelle, la prise de conscience, l’éveil, la facilitation et le renforcement de nouveaux liens interpersonnels.

Psychologie énergétique

La psycho énergétique fait partie de la famille des techniques psychothérapeutiques qui recherchent à rétablir l’équilibre entre le corps et l’esprit en travaillant directement sur les perturbations énergétiques du champ humain. Ces dérèglements sont provoqués par des pensées, des événements, des sensations physiques, un environnement non respectueux de notre harmonie.

Ce courant regroupe des techniques agissant sur la psyché par l’intermédiaire du champ énergétique corporel (méridiens, chakras, biochamps).

Cette approche l’est particulièrement indiquée dans le traitement des traumatismes, des croyances négatives ou limitantes et des bénéfices secondaires, les phobies, les troubles de l’anxiété, l’isolement, les déficits interpersonnels, les troubles psychosomatiques, l’hypersensitivité, etc…

Cette discipline de la psychothérapie moderne reprend l’expérience de soins en santé mentale issue des médecines traditionnelles orientales et des apports occidentaux en matière d’analyse de notre fonctionnement interne.

 

Publicités